Introduction (1) : Le but du chemin

D’abord créé à l’image de Dieu, l’homme originel, tombé dans un monde étranger, erre d’incarnations en incarnations. Le seul vestige de sa gloire passée est une fleur ensommeillée au cœur de l’homme naturel : le « christ » en nous. Le but d’un chemin spirituel est donc d’édifier, à partir de cette précieuse pierre d’angle, le Triple Temple de l’Esprit, de l’Ame et du Corps.

Créé à l’image de Dieu, l’homme Originel, vaste sphère de rayonnante de lumière et de conscience créatrices nommée « microcosme » dans les traditions gnostiques et hermétiques, vivait dans la force et la plénitude divines. Sa séparation d’avec le monde divin (la chute) eut pour conséquence la création d’un ordre de secours : notre monde naturel. Et pour remplacer les attributs perdus du dieu tombé, fut créé au sein du microcosme vidé de ses forces, l’homme naturel. Pour seul vestige de la gloire de l’homme-microcosme, reste, au cœur de l’homme naturel, une graine de sénevé qui recèle tous les trésors de sa divinité ensommeillée : la « Rose du Cœur », ou le « Christ en nous ».

Le Microcosme est habité par d’innombrables personnalités humaines successives au cours du temps, jusqu'à ce que, recueillant l’écho d’une profonde lassitude et d’une grande détresse, l’une d’entre elles soit enfin suffisamment sensible pour percevoir l’appel au grand retour et suffisamment forte pour entreprendre d’en réaliser le chemin. Alors peut prendre fin le cycle des réincarnations.

Le but d’un chemin spirituel est donc avant tout de reconstruire l’homme microcosme dans sa triplicité originelle, d’édifier, à partir de la pierre d’angle non rejetée (l’atome originel christique), le Triple Temple de l’Esprit, de l’Ame et du Corps.

Category: 

Ajouter un commentaire