En bref 6: Le mythe de la caverne

 

En quoi la pensée de Platon peut-elle se révéler utile encore aujourd’hui ?

 

Dans Le mythe de la caverne, Platon compare les êtres humains à des prisonniers ayant vécu toute leur vie enchaînés dans une cavité, face à une paroi sur laquelle sont projetées les ombres de personnages ou d’objets qu’ils ne peuvent jamais voir réellement, de même qu’ils ignorent totalement ce qui se passe hors de la caverne, à la lumière du jour. Et le philosophe de se demander comment réagiraient ces prisonniers s’ils étaient soudainement en mesure de percevoir tout ce qui leur était masqué auparavant…

Certains pourraient penser que Platon nous prend pour des faibles d’esprit en nous parlant ainsi ; mais si l’on accepte d’accorder quelque crédit au disciple de Socrate, en quoi cette description nous est-elle utile ?

Bien sûr, il faut du travail et certainement un réel courage pour réaliser et admettre que nous ne pouvons, ou ne voulons pas regarder la réalité en face : Qui suis-je vraiment ? Puis-je réellement considérer ma situation de façon lucide et objective, et dans quelles limites ? Suis-je capable même de voir tout l’édifice mental et émotionnel que j’ai peut-être toujours considéré comme le fondement de ma personnalité s’écrouler complètement en me laissant face à une tout autre réalité ?

On pourrait considérer que ce travail de prise de conscience relève de la psychothérapie, pourquoi pas. Mais la caractéristique de la Rose-Croix d’Or est de rattacher la dimension humaine à celle de l’Esprit, autrement dit d’amener ses élèves à dépasser la condition individuelle pour viser à l’Unité primordiale. Et cette tâche peut certainement être considérée comme une des plus nobles qui soient.

 

 

Comme son nom l’indique, la rubrique « En bref » a pour but de répondre de façon brève et générale à des questions que tout le monde peut se poser à propos de spiritualité. De nombreux autres textes sur ce site proposent des développements aux personnes désireuses d’en savoir plus. En outre, nous serions heureux de répondre, dans la mesure de nos moyens, à qui voudrait nous faire part de ses réflexions.

Neuen Kommentar schreiben