Der Auftrag des Goldenen Rosenkreuzes

Déclaration de principe du LECTORIUM ROSICRUCIANUM

La dénomination Lectorium Rosicrucianum vient de l'antique nom de Rose-Croix ou Christian Rose-Croix. Selon le Lectorium Rosicrucianum, ce nom n'a jamais été le patronyme d'un être humain ayant réellement existé, mais représente une orientation spirituelle déterminée. Nous nous appelons Rose-Croix pour exprimer que nous voulons faire de Jésus-Christ l'élément vivant de notre vie et parcourir concrètement son chemin. C'est ce qu'explique le prénom de Christian.
Le chemin du Christ est un Mystère, une voie, une méthode, un comportement, une disposition spirituelle orientée sur le travail de la rose. La rose est un principe latent, déposé en chacun de nous, sur la base duquel il est possible de retrouver la filiation divine. Ce principe existe en tout homme. Le travail de la rose, dans la force et la grâce du Christ, selon les recommandations de l'antique sagesse, l'Enseignement Universel, permet à quiconque le souhaite d'atteindre le but grandiose pour lequel il est né, et de redevenir enfant de Dieu, selon le prologue de l'Evangile de Jean: A tous ceux qui l'ont reçu, Il donne le pouvoir de redevenir enfants de Dieu. Le nom Christian Rose-Croix est l'expression d'une telle aspiration.

 

Quel est le sens d'un chemin spirituel?

Chemin dans la forêtDes mots tels que chemin et but sont des images. S'imaginer que l'élève avance et progresse peuvent conduire à de graves malentendus. Parcourir un chemin spirituel ne consiste ni à explorer de nouveaux domaines de conscience ni à accroître ses capacités personnelles, ni simplement à éprouver la vie avec plus d'intensité.

Il est possible de se le représenter - au mieux - comme une série de passages, comme celui de l'enfance à l'adolescence, puis du passage à l'état d'adulte : un processus de croissance intérieure d'une part, et, d'autre part, de mort à soi-même.

Le chemin et le but n'envisagent ni culture de la personnalité pour gagner en puissance, valeur ou plaisirs, ni l'élargissement de la conscience aux domaines subtils de l'au-delà (clairvoyance). Au contraire, il consiste précisément en la diminution de l'égocentrisme de la personnalité.
Pas à pas, ces processus engendrent en l'élève des états de paix, de sérénité, de non-être selon la nature extérieure. Une nouvelle liberté, un nouvel amour, une unité avec l'Esprit, grandissent en lui. L'illusoire identité de son moi finit par céder et la loi intérieure de l'Esprit s'accroît jusqu'à devenir sa nouvelle identité ancrée dans le Soi originel, dans l'Esprit.

Pour décrire au mieux les expériences vécues sur le chemin, prenons l'exemple de paires d'opposés : aux actes intentionnels issus de la volonté succède le lâcher prise de celui qui s'en remet à la loi évolutive de l'Esprit ; aux convoitises succède le dévouement total au monde divin ; aux impulsions égocentriques de la volonté succède l'influx de nouvelles forces. Il ne faut pas voir ici l'Esprit ou le divin comme une autorité extérieure, mais bien comme la voix de notre coeur qui est encore latente.

Le discernement

Le discernement correspond à la première marche sur le chemin. Il n'est pas une analyse intellectuelle mais la re-connaissance qui, du coeur, s'élève jusqu'à la conscience. La Rose-Croix d'Or évoque ici le pré-souvenir ou la ressouvenance : le souvenir subconscient du monde de l'Esprit enfoui au plus profond de l'homme. Lorsque ce pré-souvenir s'éveille en lui, l'homme sait qu'une vie dans le monde de l'Esprit lui est destinée. A la lumière de ce savoir intérieur, ses vues et opinions personnelles lui semblent singulièrement limitées. La disparition de ces limites ne peut qu'apporter liberté et espace. Sa raison qui critique et argumente sera entraînée et participera à ces nouvelles expériences dont elle n'est pas la cause.

Né de Dieu

Livre et RoseChaque être humain est né de Dieu - Ex deo nascimur - selon la formule des Rose-Croix du 17ème siècle. Nous sommes tous une pensée-en-germe issue de la pensée divine, qui aspire à croître et à s'épanouir librement. A ce titre, notre tâche et notre responsabilité envers nous-mêmes et envers l'évolution du monde, de l'humanité et de tous les règnes vivants comme les animaux - auxquels nous sommes reliés - sont incontestables.

Quelle que soit la vision philosophique du monde, l'expérience du naître de Dieu ouvre des perspectives tout autres. L'abandon de la vision matérialiste de l'homme créé par le hasard de la nature, ouvre une perspective tout autre et universelle. L'Esprit crée le monde, mais pas à la façon d'un être supérieur qui contrôlerait tout. La dimension spirituelle de l'Esprit est omniprésente. Elle est la source infinie de toute vie et manifestation. Elle engendre des principes, des forces qui permettent la manifestation. Celle-ci dispose cependant d'un libre arbitre qui lui permet d'emprunter des voies d'éloignement qui génère alors des ondes disharmonieuses, des perturbations. Dans la Bible, il est fait mention du Verbe divin qui consiste en fait en structure de lignes de forces, ce qui, en langage moderne, veut dire: qui fonde toute vie et qui la vivifie de l'intérieur tout comme la semence d'une plante renferme en elle les données créatrices invisibles à partir desquelles la plante croîtra un jour.

Quelques mots clés

Décrire de manière complète la mission et le travail proposé par l'Ecole spirituelle de la Rose-Croix d'Or serait trop long, et c'est pourquoi nous vous proposons ici de résumer certains éléments importants dans une série de mots clés:

  • La double origine de l'être humain
  • La réincarnation et le karma
  • La nostalgie ou l'appel du coeur
  • Le principe de non lutte, non-violence et l'amour du prochain
  • La connaissance de soi, le renouvellement de la conscience et l'abandon de l'égocentrisme